La to-do list pour préparer votre expatriation


Visuel de l'article La todo list pour préparer votre expatriationEnviron 2 millions de Français ont été recensés officiellement comme vivant à l’étranger en 2018. Si l’aventure de l’expatriation vous tente, anticipez rigoureusement votre départ à l’étranger à l’appui de notre check-list !

Vos papiers, s’il vous plaît !

Votre titre de voyage, passeport ou carte d’identité, est-il en cours de validité ? Attention, certains pays obligent à une durée de validité du passeport de plus de 6 mois. La plupart des pays extra Union Européenne exigent un visa, autrement dit une autorisation délivrée par un pays autre que celui d’origine, permettant de séjourner et travailler dans celui-ci. La procédure d’obtention d’un visa est longue ; vous devrez fournir entre autres un extrait de casier judiciaire et vos relevés bancaires.

Prenez rendez-vous chez le doc !

Fièvre jaune, hépatites ou encore la rage, autant de maladies contre lesquelles vous devez être vacciné faute de quoi il vous sera interdit de rentrer dans certains pays ! Selon votre pays de destination, votre docteur vous administrera le(s) bon(s) vaccin(s). Le site du Ministère des affaires étrangères répertorie la liste des vaccins nécessaires en fonction des pays. Consulter votre dentiste est aussi recommandé. Enfin, constituez-vous une pharmacie personnelle en quantité suffisante pour la durée du séjour si vous suivez un traitement régulier. Par ailleurs, intéressez-vous fortement aux conditions et frais d’hospitalisation et dépenses de santé. Disposez d’un contrat d’assistance ou d’assurance car les frais ne seront en aucun cas pris en charge par l’ambassade de France sur place.

Le saviez-vous ? Les frais de soins et hospitalisation sont par exemple excessivement importants en Argentine. Les médecins et hôpitaux exigent des ressortissants étrangers le paiement en espèces de l’intégralité des dépenses avant toute intervention !

Et les impôts dans tout ça ?

Vous aurez pour obligation de transmettre votre nouvelle adresse auprès de votre centre d’imposition, qui transférera votre domicile fiscal dans votre pays d’accueil. Vous déclarerez alors vos revenus de source locale dans votre pays d’accueil, tandis que vos revenus de source française le seront auprès du Service des Impôts des Particuliers Non-Résidents (SIPNR). Vos impôts locaux (taxe foncière, taxe d’habitation) resteront quant à eux du ressort du Service des Impôts des Particuliers (SIP) du lieu de situation de votre immeuble, et non du SIPNR.

Quid de la protection sociale ?

En travaillant à l’étranger, vous épouserez le régime de sécurité sociale du pays hôte. Si vous déménagez vers un pays européen, pensez à réclamer votre carte européenne d’assurance maladie. Le site du Centre de Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale (CLEISS) référence les informations sur le sujet de la protection sociale à l’international. Vous pourrez par ailleurs choisir de rejoindre la Caisse des Français à l’Etranger qui vous couvrira sur différents types de risque, si vous jugez que la sécurité sociale de votre pays d’accueil ne vous protège pas suffisamment.

Sujet d’actualité à parcourir concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne : Le Brexit et la protection sociale, un dossier proposé par le CLEISS à découvrir ici

Il est temps de déménager !

Pour déménager hors de l’union Européenne, vous aurez pour obligation de fournir un inventaire détaillé et chiffré de tout ce que vous emportez, afin de le soumettre à la douane. Certaines choses sont d’ailleurs soumises au paiement d’une taxe, bien que la plupart de vos effets de déménagement bénéficieront d’une admission en franchise, c’est à dire d’une exonération de taxes, si vous justifiez d’une mutation professionnelle par exemple. Par ailleurs, les animaux de compagnie sont eux aussi soumis à des règlementations dont il vous faut préalablement prendre connaissance. Prenez soin d’eux, car le déménagement est un élément perturbateur pour vos animaux… Enfin, à propos de la scolarisation de vos enfants, vous pourrez compter sur le réseau scolaire de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE), qui dénombre 522 établissements français pour l’année 2019-2020, implantés dans 139 pays, reliés au ministère des Affaires étrangères et répondant aux exigences de l’Education nationale. A noter que Le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance) propose également le programme français, tout en étant scolarisé dans une école locale.

Astuce ! Pour déménager sereinement, faites appel à un courtier en déménagements et optez pour un déménagement en groupage !

Alors, prêt(e) à « check-lister » votre projet d’expatriation ?!